La création de HLM pourrait se redresser un peu cette année (fédération)

La création de HLM devrait se stabiliser cette année, voire se redresser légèrement, après deux ans de recul sur fond de réforme du secteur, a annoncé jeudi sa confédération, notant aussi un bond des ventes de logements même si celles-ci restent marginales.

Publié le

La création de HLM pourrait se redresser un peu cette année (fédération)

« On avait constaté deux années successives de baisse, là ce sera sans doute une stabilisation, voire une légère croissance », a jugé Dominique Hoorens, économiste en chef à l’Union sociale pour l’habitat , lors d’une présentation du congrès du monde HLM fin septembre.

La création de logements sociauxse mesure par le nombre d’agréments obtenus, indicateur avancé de la construction des annés à venir. Or, depuis 2016, il décline chaque année.

L’an dernier, selon les chiffres du gouvernement, il s’est établi à 108.612 logements - ce chiffre s’entend pour la métropole, le logementsocial obéissant à des règles de financement très différentes en outre-mer - contre environ 113.000 en 2017 et presque 125.000 en 2016.

Cette période de baisse, après certes des années à haut niveau, correspond à la mise en place par le gouvernement d’une importante réforme desHLM, leur demandant de vastes économies ainsi qu’une réorganisation générale avec un regroupement des plus petits bailleurs.

Malgré la stabilisation attendue, l’USH s’abstient de tout triomphalisme, jugeant par la voix de M. Hoorens que même un petit redressement ne serait « pas exceptionnel ».

L’économiste a mis en avant l’approche des élections des municipales de l’an prochain, notant que cette perspective avait généralement tendance à stimuler les demandes d’agréments par des bailleurs qui craignent ensuite de subir d’importants délais à cause du scrutin etses conséquences.

Par ailleurs, l’organisation a dressé un bilan des ventes de logements sociaux, autre axe de la politique du gouvernement qui a mis en place des mesures destinées à les faciliter.

L’an dernier, elles ont bondi de 14% même si, à 9.800, elles restent marginales au sein d’un parc de quelque 4.500.000 logements.

Par ailleurs « la dimension sociale de l’accession (à la propriété) », elle « s’est un peu dégradée », a regretté Marianne Louis, directrice générale de l’USH, remarquant une baisse de la proportion d’acheteurs eux-même locatairesde HLM.

Cette part, qui représentait auparavant environ deux tiers des acheteurs de logements sociaux, s’est réduite à un peu moins de 60% parmi les opérations de l’an dernier.

A lire également