Subventions : 3,4 milliards d’euros versés en trop aux agriculteurs français !

Un bug dans les systèmes informatiques du Crédit Agricole a fait verser une prime double aux agriculteurs français, soit 3,4 milliards d’euros en trop, auprès des quelques 170 000 agriculteurs concernés.

Publié le  à 0 h 0

Un bug sur le versement des primes de la PAC

Un bug à... 3,4 milliards d’euros ! Le Crédit Agricole, touché par un énorme incident informatique, a versé en double des primes de la Politique agricole commune (PAC) à 350.000 agriculteurs la semaine derniàre, a révélé le Journal du dimanche.

Les aides de l’Europe dans le cadre de la PAC sont versées par le ministàre de l’Agriculture via le Crédit agricole. â ?Au total 3,4 milliards d’euros leur ont été virés en trop, soit en moyenne des transferts de 20.000 euros chacun au lieu de 10.000 eurosâ ?, précise le journal. â ?Environ 90% des opérations avaient été régularisées vendredi soirâ ?.

Selon le JDD, â ?la banque reste floue sur les causes réelles de l’incidentâ ?, mais il indique toutefois qu’une â ?erreur technique a été aggravée selon une source interne, par une défaillance humaine au sein de la filiale Crédit agricole Technologiesâ ?.

De son côté, la banque assure que â ?l’origine de ces incidents est strictement technique et non humaineâ ?, que â ?les incidents techniques concernés ont été identifiés et analysés et que les mesures ont été prises afin d’éviter que de telles situations ne puissent se reproduireâ ?.

Un bug similaire à France 3 fin novembre

Toujours selon le Journal du dimanche, le même type d’incident a déjà eu lieu fin novembre. â ?Un prestataire du Crédit agricole d’Ile-de-France a viré en double les salaires de 8.000 salariés de France Télévisions. Au total, 94 millions d’euros ont été versés au lieu de 47 millionsâ ?. Soit 11.750 euros versés à chaque salarié, au lieu de 5875. â ?Le bug a été résolu en quelques joursâ ?, assure le journal.

Le Crédit agricole a tenu à démentir â ?tout lien entre les deux incidents rapportésâ ?, et rappelle au passage qu’il â ?traite quotidiennement des millions d’opérations similaires dans de bonnes conditionsâ ?.

A lire également