Immobilier : Chute des taux et flambée des prix, hausse des demandes et baisse des offres, le marché tangue !

Le taux des crédits immobiliers sont une fois de plus à la baisse en novembre, mais le marché se déséquilibre et les conditions sont tendues.

Publié le  à 0 h 0

Crédit immobilier : les taux au plus bas !

3.40% en aoàt, 3.30% en septembre, 3.26% en octobre, 3.22% en moyenne en novembre, mais ou va s’arrêter la chute des taux immobilier. Un nouveau record historique, s’établit chaque mois depuis septembre !

Selon une étude de l’Observatoire Crédit Logement CSA, publiée jeudi 2 décembre, les taux moyens des prêt immobiliers se sont établis à 3.22%(hors assurance) en novembre. Concernant les logements anciens, les taux atteignent les 3.19%.

En 1 an, les taux de crédit immobiliers ont baissés de 57 points et de 193 points depuis le début de cette chute des taux il y a 2 ans.

De son côté le courtier en crédits immobiliers [a[Empruntis]a], obtient, pour ses meilleurs dossiers présentés aupràs des banques, un taux fixe de 2,90% pour un crédit sur 15 ans. Des conditions de crédit historiques pour un taux fixe ! Les demandes de dossiers aupràs des courtiers ne cessent d’ailleurs pas, afin d’obtenir un comparatif des taux de crédit immobilier personnalisé.

Immobilier : Les prix au plus haut !

A l’instar des taux de crédit, les prix des logement battent également des records, mais à la hausse ! Et c’est logiquement que le coàt relatif se relàve. En dépassant son record de l’été 2007, le coàt relatif des opérations immobiliàres s’établit en novembre à 3.93 année de revenus. Acheter un logement aujourd’hui n’est donc pas forcément l’affaire du siàcle, malgré la chute des taux. Mais cela n’empêche en rien la frénésie des acheteurs dont la demande est en forte hausse.

Les vrais gagnants des conditions immobiliàres actuelles sont les emprunteurs qui ont achetés leur logement avant 2007 et sont toujours dans le premier tiers du remboursement de leur crédit. Si les frais liés au [a[rachat]a] ne sont pas trop lourds ( pénalités de remboursement anticipé, levée d’hypothàque) et la différence importante , le rachat de crédit est une opération tràs intéressante.

Immobilier : le marché perd l’équilibre !

Des taux qui n’en finissent plus de baisser, des prix qui s’emballent, le [a[marché immobilier]a] est particuliàrement dynamique mais les écarts entre l’offre et la demande se creusent fortement.

Une étude de l’agence immobiliàre Laforêt confirme cette embellie. les transactions immobiliàres sont en hausse de 17% entre 2009 et 2010 et les prix ont augmentés de 6% en moyenne sur l ’ensemble du territoire La demande immobiliàre à bondi de 24% en 2010, alors que l’offre chute de 20%. Les chiffres sont encore plus éloquents dans la capitale, ou l’offre s’effondre de 56% alors que la demande grimpe de 57%. Les biens se font rares, certaines grandes villes frôlent la rupture de stock, et donc les prix s’envolent.

Ce déséquilibre rend les conditions de marché tendues, les acquéreurs ont peur de voir le logement désiré leur passer sous le nez, si la négociation sur les prix s’éternise et donc prennent rapidement leur décision.

Mais ce n ’est pas le cas partout, on note de tràs fortes disparités selon les régions. Si en Ile de France les prix risquent de continuer leur folle envolée dans les autres régions, il se profile plutôt une stabilisation.

Certaines régions n’ont même pas connue de réelle reprise, la Bretagne n’a même pas vu ses prix à la hausse depuis leur chute en 2007 et l’offre supplante la demande.

A lire également